[Linguistique] Expressions elfiques

Aller en bas

Re: [Linguistique] Expressions elfiques

Message par Laegwing le Sam 16 Avr - 18:37

J'entame mon (long) listing d'expressions en espérant être la plus complète possible tout en restant dans le nécessaire. Je commence avec le thème le plus basique...


LES POLITESSES


SALUTATIONS

Spoiler:

→ En Sindarin

Les elfes se saluent usuellement par un simple « Mae Govannen ! » (« Bienvenue ! »). D'une manière plus formelle, on peut utiliser « Le suilon ! » (« Je vous salue ! ») ou encore « Suil » ou « Suilad » (« Salutations »). Si l'elfe en face de nous est familier, nous pouvons dire « Gen suilon ! » (« Je te salue ! »), ou simplement « Ae » ou « Ai » (« Salut »).

En matière d'expressions usuelles ou / et formelles, vous avez tous déjà entendu la fameuse « Une étoile brille sur l'heure de notre rencontre » en Quenya. Mais voilà, votre personnage est plus à l'aise en Sindarin, alors voici son équivalent : « Gîl síla erin lû e-govaned 'wîn ». On peut trouver encore beaucoup d'autres expressions, mais elles sont complexes ; tout ceci est suffisant.


→ En Quenya

Le Quenya est une langue très formelle et cérémonieuse, et les Noldor aimaient l'art du langage ; il n'y a donc pas vraiment de salutations familières. J'ai fait une énorme erreur en indiquant à certains que « Aiya » était l'équivalent Quenya de « Ae / Ai ». Au contraire, c'est une expression très solennelle, à utiliser pour de grandes personnes ! Je pense que l'équivalent Quenya de notre « Mae Govannen » est « Máravë omentaina ». On peut également saluer via un « Suilanyel » (qui est, si je ne m'abuse, « Je te /vous salue », je ne saurais exactement dire).

Comme je l'ai dit, les Noldor étaient des artistes du langage, et beaucoup de salutations traditionnelles étaient de belles phrases, des vœux. Allez, c'est le moment de sortir le fameux « Elen síla lúmenna omentielvo ! » (« Une étoile brille sur l'heure de notre rencontre ! »), qui est on ne peut plus fiable – c'est la phrase que Frodon a dite à l'elfe Gildor dans le premier tome du Seigneur des Anneaux. Cependant, même si ce principe peut nous échapper, le Quenya fait la différence entre duel et pluriel. Pour clarifier, cette phrase est à dire uniquement si deux personnes ou deux groupes se rencontrent. S'il y en a plus, ce sera « Elen síla lúmenna yomenielmo ! ». Prenez garde !

Il y a d'autres salutations. Une similaire sera « Anar caluva tielyanna ! » (« Le soleil brillera sur ton chemin ! »). Ensuite, un certain nombre de salutations et d'adieux gravitent autour du mot marië (bonté, bonheur). Pour saluer, on peut utiliser « Hara máriesse ! » (« Reste dans le bonheur ! »).



ADIEUX

Spoiler:
→ En Sindarin

Le plus simple pour dire « au-revoir » est d'utiliser « Cuio vae ! ». Un adieu beaucoup plus formel, et équivalent du « Namarië » en Quenya, serait « Novaer ». Vous pouvez également employer « N'i lû » (« À plus tard »).



→ En Quenya

Les adieux en Quenya sont plus nombreux et plus cérémonieux, comme tout dans cette langue. Je rappelle le plus connu, le traditionnel « Namarië » (« Adieu ! »). Encore des expressions autour du mot mot marië, « Mára mesta » (« Bon voyage ! ») ou « Márienna » (« Vers ce qui est bon ! »). Vous pouvez utiliser d'autres phrases telles que « Alámene ! » (« Va avec une bénédiction ! ») ou « Nai autuvalyë séressë ! » (« Puisses-tu vivre en paix ! »).





PRÉSENTATIONS


Spoiler:
→ En Sindarin

Pour vous introduire vous-même, on ne va pas donner trente-six mille façons détournées de se présenter, contentez-vous de dire « Im __ » (« Je suis __ »). Plutôt facile à retenir car « Im » se rapproche du « I'm / I am » anglais, vous n'aurez donc aucun mal à vous souvenir de ceci !

À l'inverse, pour demander à autrui qui il est, une question courante serait « Man ci ? ». Plus formellement, on peut aussi employer « Man le ? » ou « Man de ? », tout ceci signifiant littéralement « Qui êtes-vous ? ». Une sentinelle voyant arriver un inconnu pourra aussi demander « Man anglenna ? » (« Qui va là ? ») - et pourquoi pas, après avoir vérifié son identité, dire « Mae govannen, ci mellon » (« Bienvenue, tu es un ami »). Si vous ignorez qui est une personne qu'une conversation a mentionné, demandez très simplement « Man __ ? » (« Qui est __ ? »).

Peut-être viendra-t-il le moment où vous devrez indiquer d'où vous venez. « Dorthon mi __ » signifie « Je vis à __ », et « N'onnen mi __ », « Je suis né(e) à __ ». Les questions qui se rapportent à ces indications sont respectivement « Mas dorthog ? » ou plus formellement « Mas dorthodh ? / Mas dorthol ? » (« Où vivez-vous ? »), et « Mas c'onnen ? » ou « Mas d'onnen ? / Mas l'onnen ? » en plus formel (« Où êtes-vous né ? »).



→ En Quenya

« Man natyë ?» signifiera « Qui es-tu ?», bien qu'une telle familiarité soit rare avec des personnes que l'on ne connaît pas ; on utilisera donc plutôt une forme plus courtoise, « Man nalyë ? ». Aussi, si le groupe en face de vous est composé de deux personnes, ce sera « Man nastë ? », et s'il fait au moins trois personnes (et oui, souvenez-vous, le Quenya fait la différence entre duel et pluriel), ce sera « Man naldë / nallë ? ». Les formes familières pour ces questions à plusieurs personnes sont les mêmes que pour les formes courtoises.

Vient le temps de vous introduire vous-même, et comme le Quenya est plus cérémonieux que le Sindarin je vais vous donner trois manières de le faire. La plus simple, à l'image du « Im » sindarin, est « Nanyë __ ». Cependant vous pouvez employer, dans la grâce de vos mots et de votre être (Very Happy) « Nanyë estaina __ » (« Je me nomme __ ») ou « Essenya ná__ » (« Mon nom est __ »).

« D'où venez-vous ? » se traduira par « Massë nalyë ? » (une seule personne), et « Où vivez-vous ? » par « Massë marilyë ? ». Pour adapter à un groupe duel ou pluriel, utilisez simplement les terminaisons utilisées dans le premier paragraphe (je ferai peut-être un topo là-dessus). Pour indiquer « Je viens de __ » (dans le sens, j'y vis encore), utilisez « Tulin__ » ; dans le sens, je viens d'un endroit mais ce n'est pas là-bas que je réside, ce sera « Útulien__ ». On peut également utiliser « Márenya ná__ », « __ est mon domicile ».



REMERCIEMENTS ET EXCUSES



Spoiler:
→ En Sindarin


Pour remercier l'autre, vous pouvez utiliser « Gen Hannon » (« Je te remercie »), ou plus simplement « Hannon » (littéralement, « je remercie ») ou même « Hannad » (« Mercis »). Si quelqu'un vous remercie, vous pouvez lui répondre poliment par « Glassen » (« Mon plaisir »).

Pour « Pardonnez-moi », ce sera « Díheno nin » ou « Goheno nin ».


→ En Quenya


La façon la plus simple de remercier en Quenya est « Hantalë ». On peut aussi utiliser un dérivé, à adapter avec les différentes terminaisons, « Hantanyël » (« Je vous remercie » - une seule personne en face).

Pour vous excuser, ce sera « Ánin apsanë » (« Pardonne(z)-moi ! »).



OUI / NON



Spoiler:
→ En Sindarin


La façon la plus simple d'acquiescer est de dire « Mae », qui veut aussi dire « Bien ». L'expression « Ainsi soit-il » traduite par « No ! » peut aussi être employée. Selon le contexte, vous pouvez aussi rétorquer d'un « Comme vous voudrez » : « Ben iest gîn », ou plus formellement « Ben iest lîn / dhîn ».

« Baw » exprime une négation catégorique. L'on peut aussi utiliser « Û ! », qui serait l'inverse de « Ainsi soit-il » bien que je ne sache comment le traduire.


→ En Quenya


« Mára » reste le plus simple, à l'image de « Mae » en Sindarin. Pour un, grossièrement, « c'est le cas » ou « C'est ainsi », ce sera « Ná », plus ou moins similaire et synonyme de « Náto ».

On peut déjà trouver deux façons simples de nier en Quenya, bien que le principe lui le soit beaucoup moins. En effet, la façon de rétorquer dépend de si la question exprime un fait ou une intention... (« Est-ce une elfe ? » exprimera par exemple un fait, et « Veux-tu venir à la maison ? » une intention.) Pour un fait, ce sera « Lá ». Pour une intention, « Vá » ou encore « Ávan », qui signifie « Je ne veux pas ».

Acquiescer ou nier que ce soit en Sindarin ou en Quenya n'est pas si simple, car si ici je vous montre les termes les plus, dirons-nous, universels, souvent les elfes rétorquent en utilisant le verbe de la question, un peu comme en chinois (par exemple, "Est-ce que les nains sont grands ?" pourra avoir pour réponse "Ils ne le sont pas"). Évidemment pour que nous puissions faire la même chose, il faudrait non seulement savoir quel est le verbe en question et aussi le conjuguer, donc oubliez !


Je pense avoir fait le tour du thème des politesses. Bientôt un autre thème.



Sources : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].


Dernière édition par Laegwing le Jeu 9 Juin - 17:54, édité 1 fois
avatar
Laegwing
Favorite d'Elrond
Favorite d'Elrond

Féminin
Emploi/loisirs : Tür, guerrière, sentinelle
Localisation : Imladris
Humeur : Impassible

Messages : 357

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Linguistique] Expressions elfiques

Message par Laegwing le Jeu 9 Juin - 17:52

ORDRES ET COMBAT


AVANT LA BATAILLE


Spoiler:
→ En Sindarin

Il est toujours nécessaire de faire des plans. Je ne pense pas que vous retiendrez pareilles phrases, mais je les dis tout de même en guise d'exemples : « Idh rochyn delithar lagor o chair a heriathar i nagor. » (« Les cavaliers viendront rapidement par la gauche et commenceront la bataille. »), ou encore « I meigor veriathar i had hen. » (« Les combattants à l'épée défendront cette place. »).

Conseils et encouragement sont les bienvenus de la part d'un chef de guerre : « No dirweg ! » (« Soyez prudents ! »), « Garo chûr an dagor » (« Soyez prêts pour la bataille »). Il peut aussi poser des questions telles que « Gerig chûr ? » (« Êtes-vous prêts ? ») ou « Trastad ?» (« Un problème ? ») voire lancer des évidences complètes à la Legolas dans le troisième film : « Tôl auth » (« La guerre arrive »). À l'inverse, un bon soldat doit prouver qu'il peut obéir aux ordres : « Ve thorthol » (« Nous sommes à vos ordres »).


→ Quenya

[À venir]


L'ATTAQUE


Spoiler:
→ En Sindarin


Voici que retentissent les cors de la charge ! Le capitaine de guerre peut hurler à ses troupes : « Noro nan goth ! » (littéralement « Courez vers l'ennemi ! » et plus communément « Chargez ! »).

Une armée est composée de différentes branches. Pour les lanciers, voici ce qu'un chef peut dire : « Hado ich ben daith nîn ! » (« Lancez les lances à mon signal ! »). Pour d'autres groupes, vous pouvez dire par exemple « Mabo i cheitol dan in yrch ! » (« Prenez les haches contre les orcs ! ») ou « Maetho i vagol gîn ! » (« Dégainez vos épées ! »).

La première attaque a échoué ? Voici l'ordre pour lancer une seconde : « Amaethathanc ! » (« Attaquons à nouveau ! »). Parce que le soutien entre frères d'armes est essentiel, voici une chose que vous pouvez dire : « Govaethanc ! » (« Nous combattrons ensemble ! »).

Voilà que ces saletés d'orcs arrivent... « Telir yrch ! » (« Les orcs arrivent ! »). Alors, forcément, retentira un vigoureux « Gurth 'ni yrch ! » (« Mort aux orcs ! »), ce qui est bien légitime ! Voici différents cris de bataille que l'on peut employer : « Lacho calad ! Drego morn ! » (« Flamme éclaire ! Fuis ténèbre ! », ou encore, et j'ose espérer que vous retiendrez celui-là : « An Imladris ! » (« Pour Imladris ! »). Bien sûr, vous pouvez remplacer Imladris par d'autres lieux, pour peu que vous connaissiez les termes elfiques... par exemple, Vertbois se dit Eryn Galen. Vous pouvez même le remplacer par le nom de quelqu'un...

Une petite dernière sympathique pour la route : « Firo ! » (« Mourrez ! »)


→ En Quenya

[À venir]


MAUVAISES SITUATIONS


Spoiler:
→ En Sindarin


Un point stratégique est sur le point d'être pris par l'ennemi ? « Pain ! Si berio ! » (« Tous ! Défendez ici ! »).

Un accès de témérité ne fera pas de vous un héros... il faut savoir fuir quand la situation l'exige, et obéir aux ordres de repli : « Drego ! » (« Fuyez ! ») ou « Noro (lim) ! » (« Courez (vite) ! »). Et comme la discrétion est une excellente arme... « Delio ! » (« Cachez-vous ! »).

Vous êtes mal en point ? Vous pouvez dire : « Im harnannen ! » (« Je suis blessé ! ») ou encore « Tulu ! » (« À l'aide ! »).

Que serait une bonne bataille sans situations désespérées ? Vous voyez vos frères d'armes foncer débilement dans un piège : « Gadas ! » (« C'est un piège ! »). Ou encore, ils perdent espoir et veulent fuir la bataille... Que nenni ! « Daro a vaetho ! » (« Restez et combattez ! »), ou même « Maetho n'i lû ir maethorath dangen ! » (« Battez-vous jusqu'au dernier ! »).


→ En Quenya

[À venir]


Sources : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
avatar
Laegwing
Favorite d'Elrond
Favorite d'Elrond

Féminin
Emploi/loisirs : Tür, guerrière, sentinelle
Localisation : Imladris
Humeur : Impassible

Messages : 357

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum